Archive

Posts Tagged ‘ISO11620’

GT2/SC8/CT46

30 novembre 2009 3 commentaires

Ça fonctionne aussi avec WG2/SC8/TC46.

Promenons nous ensemble, cher(e) lect(eur/rice), dans la forêt insondable et envoûtante des normes internationales.

Le CT46 est coincé entre le CT45 (Élastomères et produits à base d’élastomères) et le CT47 (Chimie) : c’est le Comité technique (ou Technical comittee) consacré à l’Information et  Documentation au sein de l’Organisation internationale de normalisation (ou ISO). Le CT46 a en charge la « normalisation des pratiques relatives aux bibliothèques, aux centres de documentation et d’information, à l’édition, aux archives, au records management, à la documentation muséographique, aux services d’indexation et de résumés, et aux sciences de l’information. »

Le SC8 (ou sous-comité n°8)  s’occupe plus particulièrement de Qualité – Statistiques et évaluation de la performance. Il est à l’origine des normes 2789 ou 11620 (que j’utilise régulièrement pour nos enquêtes et dont je vous avais déjà parlé ici ou ). Le SC8 est actuellement dirigé par Roswitha Poll, experte internationale du domaine et auteur du récent Measuring Quality : Performance Measurement in Librairies.

Enfin, au sein du SC8, les Statistiques internationales de bibliothèques sont le domaine réservé du Groupe de travail n°2. Il se compose d’une dizaine de membres (9 pays sont représentés) et gère les évolutions de la norme ISO2789.

En mars dernier, le SC8 a accepté la proposition du GT2 de réviser la norme 2789 (la 4e édition date de 2006) en raison d’une part des « rapides changement que connait le monde de l’information et des bibliothèques » et d’autre part des « sujets émergents issus des travaux des Rapports Techniques du SC8« . Pour résumer, les bibliothèques changent à grande vitesse, les statistiques internationales se doivent de refléter ces changements.

En France, le SC8 est représenté par la Commission de normalisation 8 (CN8), pilotée par l’Afnor et placée sous la responsabilité de Pierre-Yves Renard (également adjoint au chef de la division Documentation de l’INSEE ). Ce dernier m’a demandé de participer à leurs réflexions sur la révision de la norme 2789. Plus d’infos sur comment on révise une norme internationale prochainement.

Stay tuned.

crédit photo : Christian_parreira
Publicités
Catégories :Aut'trucs Étiquettes : , , , , ,

Ouvrir la BU entre Noël et le jour de l’An : ça marche (à Angers en tout cas)

17 février 2009 6 commentaires

noelsts2007En 2005, nous avons mené une enquête locale sur les publics des trois bibliothèques du SCD. Les principales actions entreprises à la suite de cette enquête furent : une campagne de sensibilisation contre le bruit (déjà !), un accroissement du parc informatique (pc avec accès internet libre) et l’ouverture de la bibliothèque du centre-ville entre Noël et le jour de l’An. Cette demande était particulièrement prégnante dans les commentaires de l’enquête.

Depuis 2006, la BU St Serge  est ouverte trois jours en horaires réduits (9h-17h30) entre Noël et le jour de l’An. Une communication spécifique mais restreinte aux locaux des bibliothèques est organisée quelques semaines avant les vacances de Noël. Expérimentation en 2006 et 2007, cet aménagement de l’ouverture est intégré au fonctionnement standard du SCD depuis 2008.

Nous sommes particulièrement attentifs aux éléments statistiques durant cette période d’ouverture. En raison de son précédent caractère expérimental (une enquête de satisfaction et d’usage avait été organisée en 2006), mais également car cette période reste particulière.  Peu nombreuses sont les BU ouvertes durant les vacances de Noël (à ma connaissance, qui ne demande qu’à être corrigée).

Voici quelques données chiffrées :

Transactions
Les prêts et les retours enregistrés durant ces 3 jours d’ouverture ont augmenté de 8% par rapport à 2007 et baissé de 21% par rapport à 2006. Les transactions restent pourtant bien en dessous des moyennes de l’année.

Entrées
Les entrées connaissent une progression constante depuis 2006 :

2006 : 3700 entrées
2007 : 3962 entrées (+ 7% / 2006)
2008 : 5049 entrées (+27% / 2007)

Ce qui représente une moyenne quotidienne respective de 1233, 1321 et 1683 entrées. La moyenne quotidienne en période d’affluence se situe entre 3000 et 3500 entrées et entre 2000 et 2500 entrées pendant les vacances (aux alentours de 2000 les samedis).

Taux d’occupation des places assises

Petite nouveauté 2008, nous avons calculé le taux moyen d’occupation des places assises. Plusieurs comptages avait été effectués les années précédentes, mais rien de normalisé. Cette fois, nous sommes partis de la norme ISO11620 (encore) pour construire notre méthodologie.
L’occupation a été relevé les 22, 23, 24 ainsi que les  29, 30 et 31 décembre 2008. Les chiffres sont plutôt intéressants :

  • lundi 22/12 : 49%
  • mardi 23/12 : 40%
  • mercredi 24/12 : 30%

Taux moyen du 22 au 24/12 : 40%

  • lundi 29/12 : 65%
  • mardi 30/12 : 55%
  • mercredi 31/12 :  32%

Taux moyen du 29 au 31/12 : 52%

Interprétation : entre le 29 et le 31 décembre : un usager avait plus d’une chance sur deux (52%) de tomber sur une place assise occupée.

Les entrées, comparées aux moyennes des autres périodes, n’ont rien d’exceptionnel ; en période de vacances universitaires, on ne bénéficie plus de l’effet « ressac » qui draine à intervalle régulier les étudiants vers les cours ou les places libres des salles de lecture. Les taux d’occupation, notamment entre le 29 et le 31, peuvent suggérer un séjour plus long que d’ordinaire (je manque d’indicateurs pour confirmer cela).

Ces chiffres seront complétés par des relevés durant des périodes normales et creuses.

Le meilleur moyen de confirmer ou infirmer l’intérêt d’ouvrir entre Noël et le jour de l’An est peut-être de fermer la semaine précédant les examens du mois de mai et d’attendre la réaction (ou la non-réaction) des usagers.

Calcul du taux moyen d’occupation des postes informatiques

20 janvier 2009 12 commentaires

(Ce post  concourt pour le prix du Titre de billet le moins sexy de la biblioblogosphère, catégorie « Je me suis endormi(e) avant de d’arriver au bout« )

stats_txoccup

Le problème est simple. La direction prise par le SCD en matière de catalogue implique un ouverture de notre système à des applications extérieures. Mon n+1 en a parlé : l’opac et le nuage 1, 2, 3, 4 , Le million, le million, Aleph et Google books sont dans un bateau.

Ces webservices permettent d’enrichir notre catalogue de nouvelles fonctionnalités mais souvent, ils proposent un rebond vers le site de l’application (par exemple, les couvertures Amazon). Ce qui n’est pas sans engendrer quelques difficultés lorsqu’on dispose, comme beaucoup de BU, de postes informatiques dédiés à la recherche sur le catalogue. Ces postes bridés représentent plus de 20% de nos postes informatiques fixes.

Mais, concrétement, sont-ils utilisés ? est-il encore pertinent de mobiliser des postes uniquement pour notre catalogue ?

Pour répondre, partiellement, à ces questions nous avons donc calculé le taux d’occupation des postes informatiques, indicateur de la norme ISO 11620 « Indicateurs de performance en bibliothèque » (B.2.3.2.)

La méthode

comme le préconise la norme, on a :

  • recensé les postes concernés en éliminant les postes hors service
  • déterminé une « période de référence » : deux semaines de forte affluence du 8 au 20 décembre (éventuellement consolidées par une autre semaine en mar-avril).
  • établi un planning en tirant au sort 5 plages de relevé par jour (du lundi au samedi), une bidouille sur excel permet d’éviter les petits papiers et le chapeau
  • donné les consignes aux collègues chargés du relevé
  • recueilli les données et calculé le taux moyen par bibliothèque et par type de poste (dédié à l’OPAC ou « libre »)

Les résultats

Ma collègue NCl et moi avions parié sur les résultats. Nous estimions l’utilisation des postes OPAC à environ 40% et les postes internet à 70%. Pauvres fous que nous étions. Voici les résultats pour les 2 bibliothèques où les semaines-tests ont été réalisées :

BU Lettres, Sciences, SHS :

  • Opac : 12 %
  • Libre : 51 %

BU Droit, économie, gestion :

  • Opac : 7 %
  • Libre : 65 %

En clair, un usager de la BU de Droit a 7% de chance de tomber sur un poste Opac occupé.

Les taux d’occupation des postes libres ne sont pas réellement étonnants. 65 % semble être un chiffre assez élevé (à comparer avec d’autres établissements) mais ça s’explique par le faible nombre de postes libres dans cette BU (12 postes pour 339 places assises contre 68 pc « libres » pour 1031 places assises à la BU Lettres).

Difficile d’interpréter correctement ces chiffres en l’état. Il faudrait connaître, en plus, le taux d’équipement des étudiants en pc portable, l’activité des bureaux d’accueil, le nombre de requêtes intra muros sur l’OPAC durant la période de référence (l’illustration du début donne quelques indications), etc.

Néanmoins, la faible utilisation des postes Opac interroge. N’est-il pas possible d’envisager d’autres usages pour ces postes ?