Archive

Posts Tagged ‘Christophe Evans’

Libqual+ à Angers : sous les plâtres, l’Usager ?

25 juin 2008 3 commentaires

Christophe Evans m’a invité à présenter Libqual+ dans le cadre du stage « Méthodologie des enquêtes de public » qu’il a animé  du 9 au 11 juin dernier à l’ENSSIB. Voici le support de ma présentation.

Ce document (téléchargeable au format OpenOffice sur mon espace Slideshare) est sous licence CC (Paternité, Utilisation non-commercial, Partage à l’identique).

Je profite de ce billet pour remercier Christophe Evans de m’avoir offert l’opportunité de présenter le travail réalisé autour de Libqual à Angers ainsi que les stagiaires pour la qualité des échanges qui ont animé la séance.

Catégories :Libqual+ Étiquettes : , ,

Christophe Evans au Congrés de l’ABF

17 octobre 2007 1 commentaire

Congrès 2007J’ai longtemps hésité à faire un tour (en voisin) au congrès 2007 de l’ABF. Le thème du congrès me semblait intéressant mais bon, une fin d’année universitaire un peu chargée a eu raison de ma volonté.

Hop, ni une ni deux, je saute sur le site de l’ABF pour visionner les vidéos des sessions et des ateliers…??? les podcasts des interventions… ? les diaporamas des intervenants ça peut toujours servir… non plus ? bon, vous avez quoi en magasin ? les comptes-rendus en PDF, ok, ça fera l’affaire…

Je commence par le compte rendu de Christophe Evans et je rejoins totalement l’avis de Sophie sur la qualité de ses interventions. Pour avoir suivi une de ses formations, je peux assurer qu’il sait adapter son propos à son auditoire et garder toute son attention.

Son intervention consistait en une mise en garde contre l’usage irréfléchie des enquêtes de publics en bibliothèque. Voilà son propos en quelques points :

– ce n’est pas parce qu’on délègue intégralement la réalisation de l’enquête qu’on ne doit pas se sentir impliqué. Le commanditaire doit assister le prestataire surtout lors des phases préparatoire et exploratoire.

– C’est bien mieux de réfléchir à plusieurs donc groupe projet et comité de pilotage.

– On sous-estime trop souvent la phase exploratoire pour foncer tête baissée dans la phase de terrain. Pourtant, c’est lors de l’exploration qu’on se documente sur l’environnement, qu’on recueille les données déjà produites (internes ou externes) et qu’on annule l’enquête si les attentes ne sont pas réalisables.

– L’environnement, le public cible et les attentes de l’institution détermineront la méthode de recueil adéquate et le contenu du questionnaire donc éviter le copier/coller de questionnaire ; ça ne donne jamais rien de bon.

– Les phases d’analyse et de restitution ont également leur importance. La diffusion des résultats doit être « accompagnée » par le prestataire. Le personnel n’a accès qu’aux données retravaillées, digérées ce qui peut donner lieu à des incompréhensions. J’ai trouvé la même réflexion dans un article sur les focus groups en bibliothèque dont je reparlerai.

Le prochain congrés c’est à Reims du 12 au 14 juin 2008, qui se dévoue pour bloguer en direct ?